Comment être heureux ?, Comment s'accepter ?

Maigrir rapidement, maigrir à tout prix ?

En cette pleine période estivale, les beaux jours sont de retour et avec eux, l’envie de se vêtir de tenues légères. Les maillots de bain sont de sortie et avec eux, l’envie d’être saillante.

Dans ce monde d’apparence et de paraître, où l’image règne en maîtresse absolue, les femmes (mais aussi les hommes) se retrouvent face à leur corps qu’elles ne pourront plus cacher sous les pulls, les vestes et les manteaux.
Bon, inutile de se voiler la face, nous vivons un vrai diktat de la minceur, véhiculé et relayé par les médias, les magazines et la société toute entière.

Dans cet article, je n’aborderai pas tous les problèmes et maladies psychologiques que cela peut engendrer auprès des jeunes filles et même des femmes, problèmes de boulimie ou d’anorexie. J’évoquerai plutôt cette obsession du poids qui peut se transformer en véritable cauchemar pour la personne qui en est victime mais aussi son entourage.

C’est un sujet d’actualité qui me tient à coeur et qui diffère des sujets de développement personnel que j’aborde habituellement. En effet, je me rends compte, qu’au delà de l’apparence, les « gros » qui veulent maigrir ou les « minces » qui se sentent « gros », sont la plupart dans une quête qui dépasse la simple apparence mais qui a trait à une vraie quête d’identité.

Le problème n’est pas physique, il est psychologique.

Je prône haut et fort que le bonheur c’est de s’accepter telle que l’on est et surtout … en dépit du regard des autres ou de ce qu’ils en pensent. Mais force est de constater que c’est loin d’être évident pour beaucoup de femmes.

Même les mots sont transformés, comme pour traduire une sorte d’hypocrisie. « Gros » est remplacé par « rond », « bien en chair », « costaud », etc. (à ce propos, j’ai réalisé l’interview de Corine Dossa, où vous pourrez entendre sa propre expérience de vie).

On m’a même dit qu’être « gros » serait un sujet sensible !
La question que je me pose est :

Est-ce qu’être petit, chauve, Blanc ou Noir, sourd ou muet seraient un sujet sensible ?

Depuis que le monde est monde, les humains ont toujours été différents les uns des autres. Alors, pourquoi est-ce qu’aujourd’hui, cela revêt une importance si capitale. La faute aux médias ? Le raccourci serait sans doute un peu rapide.

Hey les filles, réveillez vous ! Tout le monde ne sera jamais mince ! Et c’est très bien, c’est parfait comme ça. J’en ai déjà vu des femmes fortes, sublimes et hyper élégantes (voir photo ci-dessous). Tout comme j’en ai vu plein de minces et qui ne payaient pas de mine !

Ronde2

Quand est-ce que le monde apprendra à accepter toutes ses différences qui font de nous des êtres si complémentaires ?

Et si vouloir être mince, maigrir rapidement ou ressembler à des tops-models (dont on sait bien que toutes les photos de magazines sont retouchées) permettait à ces femmes de nourrir un vide intérieur ?

Donc, pour éviter toutes les dérives que cela peut engendrer, le gouvernement a pris les choses en main, à travers la loi santé : « Les photographies de mannequin dont l’apparence corporelle aura été modifiée afin d’affiner ou d’épaissir la silhouette devront désormais être accompagnées de la mention « photographie retouchée ». Et oui, on en est là !

Un ami me disait récemment que pour perdre du poids rapidement, il y a un moyen absolu : manger moins et faire du sport. C’est clair. Pourtant, ça ne fonctionne pas et le problème persiste. Il y a toujours autant de gros, de mince, de chauves, de poilus, de grands, de petits, etc. etc.

Les psychologues nous donnent une piste d’explication : cette obsession du poids est toujours la conséquence d’une détresse ou d’un malaise profond. 

Bien souvent, les personnes confrontées à un problème lié à leur apparence sont également confrontées à un problème d’estime de soi. Le corps est à la fois une image et un masque. On pourrait dire qu’il est une « vitrine » qui protège et en même temps expose aux regard si critique des autres. Cela peut être une vraie souffrance qui trouve sa source dans d’autres problématiques beaucoup plus profondes telles que le niveau de reconnaissance, de valorisation et d’acceptation de soi.

Une grande dame du développement personnel, Lise Bourbeau, a évoqué le sujet en aidant les femmes à déculpabiliser (si tant est qu’elles le souhaitent vraiment) et par dessus tout à s’accepter vraiment telles qu’elles sont, tout le temps. Je lui tire mon chapeau car dans son ouvrage, Ton corps dit : « Aime toi ! » (éditions ETC), elle développe le sujet avec brio.

Voilà, ce que j’ai vraiment sincèrement envie de crier aux femmes « Arrêtez de vous identifier aux autres ou à des gens qui ne vous connaissent même pas. Arrêtez de vivre dans ces illusions liées à l’apparence et de les qualifier hypocritement de « sujet sensible ». Regardons plutôt autour de nous et nous saurons aisément reconnaître, en ces temps perturbés, les véritables sujets sensibles.

SONY DSC

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires et je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures en développement personnel. 😉

 

Leave a Reply