Comment être heureux ?, Motivation

Joyeux Noël et Bonnes fêtes !!!

Ce matin, en vaquant à mes occupations, j’ai eu envie de vous faire ce post car je sens mon cœur en fête. C’est vrai que j’ai un tempérament plutôt optimiste mais là, à l’approche de Noël, il y a quelque chose de spécial …

christmas-2

L’année n’est pas terminée mais elle a été riche en beaucoup d’événements positifs et quelques uns moins positifs (mais tout aussi instructifs). Voilà ! Je voulais vous dire :

Joyeux Noooooooooooooël !

Je veux vous encourager à profiter de cette fin d’année pour prendre soin de vous et vous accorder une attention particulière. Je sais que les derniers jours de décembre seront plus ou moins festifs, en fonction de tout un chacun. Certaines personnes n’aiment pas du tout cette période de Noël. D’autres trouvent que c’est une fête hyper commerciale et qui n’a aucun sens. D’autres encore se sentent tout triste de savoir que l’année se termine et que le temps passe.

A-delà de ces considérations, je voudrais simplement vous demander de prendre le temps de percevoir le meilleur de vous même, de vous comprendre, de vous accepter tel(le) que vous êtes, de vous chérir. Vous êtes la personne avec laquelle vous passez le plus clair de votre temps. Vous êtes la personne avec qui vous vivrez toute votre vie. Ce n’est pas rien quand même !

Il est temps d’enfin vous prendre en considération, non ?

Il y a une grand « mystère » derrière le fait de s’aimer. Je vous le livre :

C’est en vous aimant que vous aurez la capacité de faire tout le reste.

Et dans tout le reste, il y a le fait d’aimer les autres (votre conjoint, vos enfants, vos parents, vos amis, vos voisins, … votre belle-mère !), d’aimer ce que vous faites, d’aimer votre environnement, … d’aimer votre vie tout simplement.

Shot on cartons decorated with string and label on a wooden table under Christmas tree with cones

Ça me rappelle ma propre histoire. Lorsque j’étais ado, puis jeune adulte, je voulais plaire à tout le monde et à tout prix. Il fallait que je me fasse remarquer pour qu’on dise « Ah ! C’est bien. » ou « Tu es intelligente. » ou encore « Tu es belle. » En fait, ce n’est que des années plus tard que j’ai compris que je souffrais à l’époque du syndrome de la peur du rejet. Cette peur là remontait à mon enfance.
Malheureusement, comme bon nombre d’enfants, je n’avais pas été valorisée. J’avais plutôt été comparée à ma sœur (en ma défaveur d’ailleurs !) et cela m’avait marqué. J’étais aussi comparée à mon père, considéré (le pauvre) comme l’homme à abattre. Cela avait créé en moi un fort sentiment d’injustice, de manque de valeur et donc de peur du rejet.

Du coup, je ne m’aimais pas puisque je donnais aux autres le pouvoir de décider si j’étais digne d’amour ou pas. Et comme je ne m’aimais pas, je ne pouvais donc aimer personne en retour !!! J’étais souvent en conflit avec les autres (notamment ma mère et ma sœur). J’ai traîné ce comportement inconscient des années durant, jusqu’à ce que ma foi en Dieu et le développement personnel me montrent unanimement que la seule et unique voie possible était « l’amour de moi-même ». Il fallait que je parvienne à développer un sain, tendre et bienveillant amour envers la personne que j’étais.

A partir du moment où je me suis remplie d’amour, de respect, de compassion et de bienveillance envers moi, Lucela, ma vie a changé. Je n’ai plus eu besoin d’un quelconque sentiment d’acceptation ou d’approbation de qui que ce soit. Puisque je me donnais à moi-même ce dont j’avais besoin. Et du coup, comme un effet automatique, ma confiance en soi a augmenté de manière drastique.

Aujourd’hui, je dois avouer que cette époque, les 2 premières décennies de ma vie, est plutôt une bénédiction car elle a contribué à faire de moi la femme que je suis. Elle a également fait en sorte que j’éduque mon fils dans une atmosphère beaucoup plus aimante, valorisante et sécurisante pour lui. Bien que, nous sommes d’accord, je ne me considère pas comme une maman parfaite mais j’ai mis en place des « stratégies » d’éducation pour que mon fils n’ait pas le même terrain psychologique négatif que moi à son âge. christmas-3

Si je vous raconte tout cela, ce n’est pas pour vous faire sortir la boîte de kleenex (vous vous en doutez !). C’est pour vous dire qu’il n’y a qu’une voie qui vous conduira à avoir la vie pleine et heureuse que vous souhaitez et que vous méritez : c’est de vous aimer. Et du coup, après cette longue histoire résumée en quelques lignes, vous pouvez comprendre que je sais de quoi je parle !

Si j’adoptais un langage plus psy, je dirais que si vous ne vous aimez pas, vous ne pourrez rien aimer, ni personne car vous demeurerez dans le besoin, l’attente, la quête, voire même l’exigence d’être aimé.

Je vous encourage donc à profiter des festivités, de cette ambiance particulière, liées à Noël et au Jour de l’An, pour vous regarder sous un jour nouveau, un regard neuf.

Qu’on le veuille ou pas, que l’on aime Noël ou non, c’est une période l’année où tout se prête à la joie, à la fête. Les rues sont illuminées, les vitrines sont achalandées, les gens deviennent aimables, souriants, le regard des enfants s’éclaire quand on leur parle de Noël ou du Père Noël. Il y a de la magie dans l’air. Certains diront « Oui. Mais c’est trop commercial. On nous pousse à acheter des cadeaux. » C’est vrai. C’est la période où on offre des cadeaux aux petits (et même aux grands). Mais, premièrement, ce n’est pas une obligation. Et deuxièmement, que celui ou celle qui a déjà rechigné devant des bras tendus avec un cadeau, lève la main ! Moi, j’adore qu’on m’offre des cadeaux !!! J’en offre aussi mais si on pouvait m’en offrir toute l’année, il n’y aurait aucun souci ! Vaut mieux recevoir un cadeau de quelqu’un, plutôt qu’une engueulade, n’est-ce pas ?!christmas-4

Cette ambiance est aussi propice à l’introspection. Achetez un beau cahier et décrivez la personne que vous êtes à l’intérieur de vous. Détaillez ce que vous faites et qui vous rend fier de vous. Écrivez sur vos belles réalisations (votre mariage, vos enfants, votre déco, etc.), vos réussites (votre travail, l’éducation de vos enfants, vos diplômes, etc.). Peu importe le sujet, écrivez, lâchez-vous !
Nous avons tous des choses à propos desquelles nous pouvons nous sentir fiers. Malheureusement, la plupart d’entre nous n’en parlent jamais, n’osent même jamais se l’avouer.

Dites moi, dans vos commentaires, quels sont les 3 sujets qui vous concernent et à propos desquels vous vous sentez fier. Autorisez-vous à faire ce petit exercice, vous verrez comme il vous fera du bien.

Encore une fois, Joyeux Noël !!!

et à bientôt pour de nouvelles aventures en développement personnel ! 😉

signature

 

 

Leave a Reply